Les "Gueules-Cassées"

Les Gueules Cassées

Les Gueules Cassées se composent aujourd’hui de deux organismes distincts, dont les missions sont complémentaires :

L'association "Union des Blessés de la Face et de la Tête", UBFT,
reconnue d’utilité publique,

Une fondation : La Fondation des "Gueules Cassées",
reconnue d’utilité publique,

 

En 1921, trois hommes, Albert Jugon, Bienaimé Jourdain et le Colonel Picot, fondent une association pour venir en aide à leurs camarades atrocement défigurés au cours de la Première Guerre Mondiale. On en comptera alors près de 15 000. Ils choisissent de s’appeler «les Gueules Cassées», terme rude et provoquant pour le grand public mais affectueux pour eux-mêmes.

Leur devise : « Sourire quand même »

L’association apportera une aide morale et matérielle à ceux qui ne bénéficient alors d’aucune aide publique : en effet, la loi du 31 mars 1919 qui détermina le droit à la réparation des victimes de la guerre ne reconnaissait pas le préjudice spécifique causé par la défiguration (dans la France majoritairement agricole de l’époque, être défiguré n’empêchait pas d’aller travailler dans les champs…).

«Union des Blessés de la Face et de la Tête»

L’association de l’« Union des Blessés de la Face et de la Tête », UBFT,

L’association accueille aujourd’hui tous ceux, hommes et femmes, qui ont été blessés à la face, à la tête ou au cou, lors :

  • d’une action de combat dans les forces armées françaises, de maintien de l’ordre ou de protection civile : militaires, gendarmes, policiers, pompiers, douaniers ;
  • d’un accident au sein des forces armées ;
  • d’un attentat ;
  • d’un acte de courage et de dévouement officiellement reconnu.

Leur origine est multiple : Seconde Guerre mondiale, Indochine, Corée, Algérie, Opérations Extérieures (OPEX)… pour les blessés de guerre; policiers, pompiers, douaniers et gendarmes pour les blessés en service. Une centaine de nouveaux membres rejoignent chaque année l’association : militaires blessés en OPEX, et plus récemment en Afghanistan et au Mali, pompiers...

 

Le rôle de l’UBFT recouvre quatre grands domaines d’activités

 

L’assistance directe morale et matérielle apportée dès sa création aux militaires et victimes civiles de guerre les plus démunis parmi les mutilés de la face et de la tête. Cette assistance est accordée aujourd’hui également aux blessés en service ou auteurs d’actes de courage et de dévouement.

C’est ainsi qu’elle a acquis les maisons de Moussy-le-Vieux (Seine-et-Marne) et du Coudon (Var) qui permettaient la convalescence et la réadaptation des blessés entre leurs nombreuses interventions chirurgicales. Ces établissements sont aujourd’hui des lieux de rassemblement des membres de l’association et du monde combattant, ouverts à des activités évènementielles.

Le domaine du Coudon comporte également une maison de retraite de 43 lits (EHPAD) et un centre de vacances.

 

Les aides externes au monde combattant, qui concernent de très nombreuses associations :
aveugles, amputés, impotents, plus grands invalides…, les Ailes Brisées, les associations d’anciens
combattants, les organismes de soutien aux militaires engagés dans les Opérations Extérieures
(OPEX) comme la CABAT (Cellule d’aide aux blessés de l’armée de Terre), Solidarité Défense …

 

Le domaine médico-social dans le cadre duquel l’association apporte son soutien financier, notamment à l’Institution Nationale des Invalides, lieu d’accueil et de retraite médicalisée des grands invalides de guerre, à la rénovation de maisons de retraite de l’Office National des Anciens Combattants.

Après la création d’un centre de recherche maxillo-faciale, à l’hôpital Lariboisière en 1930, l’UBFT a contribué, en 2000, à la création de l’Institut des Pathologies de la Face et de la Tête à l’hôpital Saint Joseph de Paris. En 2010, création d’une Unité Neuro-Vasculaire équipée d’un IRM 3 Tesla, puis d’une structure de recherche et de formation d’implantologie dentaire en 2011 .

Elle soutient enfin la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles :
56 chiens guides ont été parrainés par les «Gueules Cassées» depuis 2002.

 

Les actions liées au devoir de mémoire comme la création de la Fondation du Souvenir de Verdun, de la Fondation pour la Mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie, du musée de la Grand Guerre du Pays de Meaux, ainsi que le soutien au Souvenir Français, à la Fondation de la Résistance, à la Fondation Charles-de-Gaulle, l’édition d’ouvrages historiques, la production de documentaires et films pour la télévision et le cinéma…

 

Ses ressources

L’association ne bénéficie d’aucune subvention de quelque origine que ce soit, elle tire ses ressources de son partenariat avec La Française des Jeux, dont elle est le second actionnaire après l’Etat. En effet, les «Gueules Cassées» eurent l’idée géniale, dans les années 30, de créer les fameux dixièmes de la Loterie Nationale, puis furent en 1976 les promoteurs du Loto en France.
Reconnue d’utilité publique, elle a par ailleurs la capacité à recevoir des dons et legs.

 

Son organisation

L’UBFT est administrée par un Conseil constitué de 15 à 18 bénévoles, élus par l’Assemblée générale. Désigné pour 3 ans, il nomme un Bureau qui gère le quotidien de l’association.
Des commissions spécialisées, composées d’administrateurs et de membres de l’association, étudient les dossiers avant leur passage devant le Bureau et le Conseil d’administration.

Le Siège social, les services financiers et administratifs, les établissements de Moussy et du Coudon comptent une cinquantaine de collaborateurs sous la responsabilité d’un Directeur général, en charge du pilotage fonctionnel et opérationnel de l’association et de la fondation.

 

La Fondation des Gueules Cassées

Reconnue d’utilité publique, la fondation a été créée le 11 avril 2001, dans un esprit de reconnaissance envers le monde médical, pour assurer :

  • le soutien des institutions de toute nature qui s’intéressent en priorité aux traumatismes de la face, de la tête et à leurs séquelles (prix, bourses d’études et aides financières à des équipes de chercheurs, des établissements spécialisés dans ce domaine, congrès et publications scientifiques),
  • l’entretien du souvenir des sacrifices de tous ceux qui ont servi la France.

Un levier important pour la recherche médicale :

La fondation oeuvre aujourd’hui en faveur des traumatismes de la face et de la tête, ainsi que pour leurs conséquences sensorielles. Après une évolution de ses statuts, elle a élargi ses missions de recherche au profit des maladies neuro-dégénératives, telle que la maladie d’Alzheimer, contribuant ainsi non seulement à la prise en charge du contenant mais aussi à celle du contenu de la boîte crânienne.

Chaque année, la fondation diffuse un appel à projets auprès des services hospitaliers et des centres de recherches universitaires concernés par les disciplines crânio-maxillo-faciales.
Accompagnée par un Comité scientifique composé de spécialistes de chirurgie crânio-maxillo faciale, la fondation attribue des bourses d’études et des aides financières à de nombreuses équipes de chercheurs. De 2003 à 2012, elle a ainsi attribué 88 bourses et soutenu 126 projets pour un montant global supérieur à 5 millions d’euros.

La fondation finance également des équipements destinés à des établissements spécialisés dans la traumatologie crânio-maxillo-faciale et le traitement de ses séquelles.

La fondation développe également un partenariat avec la Fondation pour la recherche sur Alzheimer et l’IM2A, Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière (Paris).

 

Ressources et vocation de la fondation

La fondation a reçu de l’UBFT une dotation de 40 millions d’euros pour mener à bien ses missions statutaires.

Elle est habilitée à héberger des fondations n’ayant pas de personnalité morale, dans le domaine médical en lien avec la face et la tête, et dans le domaine de la Mémoire des sacrifices consentis pour le pays. Elle abrite actuellement la Fondation du souvenir de Verdun.

La fondation, reconnue d’utilité publique, peut recevoir des dons et des legs, pour lesquels elle est habilitée à émettre des reçus fiscaux aux donateurs.

La fondation est pilotée par un Conseil d’administration composé de trois collèges :

  • les fondateurs,
  •  les représentants de l’Etat
  • les personnalités qualifiées.

Ce Conseil désigne en son sein un Bureau doté d’un président, d’un trésorier, d’un vice-président et d’un secrétaire.
Le Conseil d’administration est assisté par un Comité scientifique composé d’éminents représentants du monde médical et présidé par le Professeur Jacques Philippon, membre de l’Académie Nationale de Médecine.
La direction et les services administratifs sont assurés par le personnel de l’UBFT.
Enfin, même avec le déclin, heureux, du nombre des membres de l’Union des Blessés de la Face et de la Tête, il y aura toujours des conflits et des détresses qui nécessiteront que l’aide soit perpétuée à ceux qui en seront les victimes.

La fondation, dont les statuts ont été récemment modifiés, a vocation à assurer la relève de l’association lorsque celle-ci ne disposera plus du nombre suffisant de membres pour fonctionner de façon optimale.

CONTACTS :

Olivier Roussel - Direction
oroussel@gueules-cassees.asso.fr

Catherine Ponroy - Assistante de Direction
Tél. 01 44 51 52 18
cponroy@gueules-cassees.asso.fr

Union des Blessés de la Face et de la Tête
Fondation des Gueules Cassées
20 rue d’Aguesseau
75008 Paris
Tel : 01 44 51 52 00
www.gueules-cassees.asso.fr (site institutionnel des Gueules-Cassées)